Les musiciens

Julien Cartonnet

Cornemuse

Julien Cartonnet commence la cornemuse du Centre à l’âge de 9 ans. Très rapidement, c’est vers la musique du Morvan qu’il se tourne. Il est particulièrement marqué par le jeu de Raphaël Thiéry.
Au fil des rencontres et des découvertes, sa curiosité le pousse vers la cornemuse irlandaise en 2001, notamment au contact de Marc Guilloux. La pratique du uilleann pipes est déterminante et Julien intègre des éléments de style irlandais dans son jeu de musette du Centre.
Entre 2007 et 2010, c'est l'aventure Re-fût de chêne, trio de bal formé avec Jean Thiéry, accordéoniste morvandiau, et Sylvain Quéré.
En 2012, Julien fonde le groupe franco-hollandais Lost Highway. La même année, il remporte le 1er prix de cornemuse au concours des Rencontres Internationales de Luthiers et Maîtres Sonneurs au Château d'Ars.
Après l’enregistrement d’un album solo, Julien participe à la création du groupe franco-anglais Topette en 2014 puis à celle du groupe Luas en 2017.
Souvent sollicité pour animer des stages de cornemuse du Centre, Julien joue parallèlement dans les pubs irlandais du uilleann pipes et du banjo ténor en session, et fait de fréquents voyages en Irlande pour parfaire sa technique et son style.

Sylvain Quéré

Guitare

Guitariste d’origine bretonne, Sylvain commence la guitare en autodidacte puis suit des cours en accordage DADGAD (accordage utilisé en musique bretonne et irlandaise). Il se trouve vite plongé dans l'univers de la musique traditionnelle et rencontre d’autres musiciens avec lesquels il monte différentes formations de fest-noz. Il pratique la musique bretonne pendant plusieurs années et s’intéresse en parallèle à la musique irlandaise qu’il pratique lors de sessions à Nantes, puis à Lyon où il arrive en 2006. C’est là qu’il découvre les musiques traditionnelles du Centre-France et participe à plusieurs projets présents sur les scènes du bal folk (Re-fût de chêne, Yadeba...). Il arrive sur Montpellier en 2011 où il fonde de nouveaux projets en bal folk (La Ficelle) et intègre une nouvelle formation, Qalam, groupe de concert qui propose un répertoire mêlant musiques traditionnelles européennes aux sonorités orientales et au chant Gnawa.

Tiennet Simonnin

Accordéon

Tiennet Simonnin fait ses débuts à l'accordéon chromatique en 1988. A l'adolescence, il se passionne pour la musique irlandaise et se lance dans l'apprentissage du répertoire et du style irlandais, au tin whistle d'abord, puis à l'accordéon chromatique, avec pour modèle le phrasé et l'ornementation du diatonique irlandais. A partir de 1999, il forge son style en participant à de nombreuses sessions (bœufs de musique irlandaise), apprend à jouer de la cornemuse irlandaise (uilleann pipes) et du bouzouki, et joue quelques années dans le groupe Shelta. Puis c'est la découverte du milieu trad français, à travers la danse et la musique de bal : Tiennet joue de la musique d'Auvergne, rencontre Michel Esbelin avec qui il crée un duo de bal accordéon / cabrette, se passionne pour les enregistrements anciens de musique auvergnate et de musette. Musicien curieux et ouvert, Tiennet multiplie les expériences et joue notamment avec duo TTC et les Papillons de Nuit. Il est également sollicité pour animer des stages et des master-class, tant à l'accordéon qu'au whistle ou au uilleann pipes.

Sylvain Vuidart

Flûte traversière

Sylvain débute la flûte traversière à l’École Nationale de Musique du Puy-en-Velay (43) en 1989 où il étudiera la musique classique jusqu'à l'obtention de son Certificat de Fin d’Études Musicales en 2001.
A l'adolescence, c'est lors des bals traditionnels qu'il découvre et s'initie à la musique traditionnelle d'Auvergne. A partir de 1996, par l'intermédiaire du CDMDT 43 (Centre Départemental de Musique et Danse Traditionnelle en Haute-Loire), il intègre les projets musicaux 43 à la noire et Du vent dans les dentelles, qui lui permettront, grâce à la rencontre de musiciens tels que Frédéric Paris, Jean François Vrod ou Alain Gibert, de faire évoluer son jeu de flûte.
Plus tard, il découvrira la musique irlandaise par le biais des sessions dans les pubs. Les ornementations et techniques de la flûte irlandaise en bois deviennent source d'inspiration pour son jeu sur flûte en métal.
Parallèlement à la musique irlandaise, il poursuit ses découvertes musicales en se lançant dans le jazz et l'improvisation, d'abord au conservatoire de Chambéry, puis au CNR de Lyon quelques années plus tard.
Aujourd'hui, il joue dans plusieurs formations, mêlant ses sources d'inspiration (musique traditionnelle auvergnate, irlandaise et jazz), à l'utilisation de différentes flûtes (fifres, flûte irlandaise, flûtes "classiques").